13 juillet 2012

Le corps de souffr&nce au Féminin

" ....En dehors de son corps de souffrance personnel, chaque femme porte en elle une partie du corps de souffrance collectif féminin ... "
Comment dissiper le corps de souffrance féminin collectif : Question : Pourquoi le corps de souffrance est-il davantage un obstacle pour les femmes ? Eckhart Tolle : Dans l'ensemble, le corps de souffrance a aussi bien un aspect individuel que collectif. L'aspect individuel correspond à l'accumulation de souffrances émotionnelles endurées dans le passé par une personne. L'aspect collectif renvoie, quant à lui, à la souffrance accumulée dans la psyché humaine collective depuis des milliers d'années à travers la maladie, la torture, la guerre, le meurtre, la cruauté, la démence, etc. Le corps de souffrance individuel s'inscrit également dans celui du collectif. Ce dernier comporte différentes ramifications. Par exemple, certaines races ou certains pays au sein desquels des formes extrêmes de lutte et de violence se produisent ont un corps de souffrance collectif plus chargé que d'autres. Quiconque ayant un corps de souffrance chargé et pas assez de conscience pour s'en désidentifier sera non seulement continuellement ou périodiquement forcé de revivre ses souffrances émotionnelles, mais pourra également et facilement devenir l'auteur ou la victime de violence, selon son corps de souffrance à prédominance active ou passive. D'un autre côté, il est possible que de telles personnes soient potentiellement plus près de l'illumination. Bien entendu, ce potentiel n'est pas nécessairement actualisé, mais si vous êtes pris au piège d'un cauchemar infernal, vous serez probablement plus motivé à vous « réveiller » que celui qui est simplement pris dans les hauts et les bas d'un rêve ordinaire.
En dehors de son corps de souffrance personnel, chaque femme porte en elle une partie du corps de souffrance collectif féminin, à moins d'être totalement consciente.
Celui-ci consiste en la souffrance accumulée par les femmes depuis des millénaires en raison de la domination masculine, de l'esclavage, de l'exploitation, du viol, de l'enfantement, de la mort des enfants, etc. La douleur émotionnelle ou physique qui, pour de nombreuses femmes, précède le cycle menstruel ou coïncide avec lui est le corps de souffrance qui, dans son aspect collectif, est alors tiré de son état latent, bien que cela puisse également se produire à d'autres occasions. Le corps de souffrance empêche la libre circulation de l'énergie vitale dans le corps, les menstruations en étant une manifestation physique. Penchons-nous un moment sur cet aspect et voyons comment il peut conduire à l'illumination. Durant cette période, la femme est souvent et totalement prise d'assaut par le corps de souffrance. Celui-ci a une charge énergétique extrêmement puissante qui peut facilement amener quelqu'un à s'identifier inconsciemment à lui. Dans ce cas, un champ énergétique prend activement possession de vous, occupe votre espace intérieur et prétend être vous. Bien entendu, il n'est pas vous du tout. Mais il parle, agit et pense par votre intermédiaire. Il créera dans votre vie des situations négatives afin de pouvoir se sustenter avec cette énergie. Il réclame toujours plus de souffrance, sous quelque forme que ce soit. J'ai déjà décrit ce processus qui peut être vicieux et destructif. C'est de la souffrance pure provenant du passé, mais ce n'est pas vous. Le nombre de femmes qui se rapprochent actuellement de l'état de conscience totale excède déjà celui des hommes et grandira encore plus rapidement dans les années à venir. Il se peut que les hommes les rattrapent en fin de compte, mais il y aura un décalage pendant encore un bon bout de temps entre la conscience des femmes et celle des hommes. Les femmes sont en train de retrouver la fonction qui renvoie à un droit inné leur appartenant et qui, par conséquent, leur vient plus naturellement qu'aux hommes. Cette fonction, c'est d'être le lien entre le manifeste et le non-manifeste, entre la matière et l'esprit. En tant que femme, votre principale tâche consiste à transformer le corps de souffrance afin qu'il ne puisse plus s'interposer entre vous et votre véritable moi, l'essence de ce que vous êtes. Bien entendu, vous devez également composer avec l'autre empêchement à l'illumination, nommément le mental. Mais la présence intense que vous acquérez quand vous composez avec le corps de souffrance vous libérera par la même occasion de l'identification au mental.
La première chose à ne pas oublier est la suivante :
TANT ET AUSSI LONGTEMPS QUE VOUS VOUS CRÉEREZ UNE IDENTITÉ QUELCONQUE À PARTIR DE LA SOUFFRANCE, IL VOUS SERA IMPOSSIBLE DE VOUS EN LIBÉRER
Tant et aussi longtemps que le sens de votre identité sera investi dans la souffrance émotionnelle, vous saboterez inconsciemment toute tentative faite dans le sens de guérir cette souffrance ou y ré-sisterez d'une manière quelconque. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous voulez rester intact et que la souffrance est fondamentalement devenue une partie de vous. Il s'agit là d'un processus inconscient, et la seule façon de le dépasser est de le rendre conscient.
– LECTURE MÉDITATIVE –
Réaliser soudainement que vous êtes ou avez été attaché à votre souffrance peut être la cause d'un grand choc. Mais dès l'instant où cette prise de conscience a lieu, l'attachement est rompu. Un peu comme une entité, le corps de souffrance est un champ énergétique qui se loge temporairement à l'intérieur de vous. C'est de l'énergie vitale qui est prise au piège et ne circule plus.
Bien entendu, le corps de souffrance existe en raison de certaines choses qui se sont produites dans le passé. C'est le passé qui vit en vous, et si vous vous identifiez au corps de souffrance, vous vous identifiez par la même occasion au passé. L'identité de victime est fondée sur la croyance que le passé est plus puissant que le présent, ce qui est contraire à la vérité. Que les autres et ce qu'ils vous ont fait sont responsables de ce que vous êtes maintenant, de votre souffrance émotionnelle ou de votre incapacité à être vraiment vous-même.
La vérité, c'est que le seul pouvoir qui existe est celui propre à l'instant présent : c'est le pouvoir de votre présence à ce qui est Une fois que vous savez cela, vous réalisez également que vous-même et personne d'autre êtes maintenant responsable de votre vie intérieure et que le passé ne peut pas l'emporter sur le pouvoir de l'instant présent.
L'identification au corps de souffrance vous empêche donc de composer avec lui. Certaines femmes ayant déjà suffisamment de conscience pour avoir mis de côté leur identité de victime sur le plan personnel s'accrochent tout de même encore à l'identité de victime sur le plan collectif en prononçant des phrases du genre « ce que les hommes ont fait aux femmes ». Elles ont raison, mais elles ont également tort. Elles ont raison en ce sens que le corps de souffrance féminin collectif est dû en grande partie à la violence que les hommes ont infligée aux femmes et à la répression du principe féminin sur toute la planète depuis des millénaires. Elles ont tort si elles s'identifient à ce fait et se maintiennent ainsi emprisonnées dans une identité collective de victime. Si une femme est encore déchirée par la colère, le ressentiment ou la condamnation, c'est qu'elle s'accroche encore à son corps de souffrance. Ceci peut probablement lui procurer un sens d'identité réconfortant, un sens de solidarité féminine, mais cela continue à faire d'elle l'esclave du passé et l'empêche d'avoir pleinement accès à son essence et à son véritable pouvoir. Si les femmes se coupent des hommes, cela génère une sensation de division et donc un renforcement de l'ego. Et plus l'ego est fort, plus vous vous éloignez de votre vraie nature.
Alors, n'utilisez pas votre corps de souffrance pour vous donner une identité quelconque. Utilisez-le plutôt pour vous réaliser. Transformez-le en conscience. Et un des meilleurs moments pour le faire, c'est pendant les menstruations.
À mon avis, dans les années à venir, de nombreuses femmes accéderont à la conscience totale durant cette période. Pour beaucoup d'entre elles, c'est généralement une période d'inconscience parce qu'elles sont prises d'assaut par le corps de souffrance collectif des femmes. Cependant, une fois que vous avez atteint un certain degré de conscience, vous pouvez renverser ce phénomène et, au lieu de devenir inconsciente, être encore plus consciente. J'ai déjà expliqué ce processus, mais laissez-moi y revenir de nouveau, cette fois-ci en mettant l'accent sur le corps de souffrance collectif des femmes. Lorsque vous savez que vos menstruations approchent, avant même de ressentir les signes avant-coureurs de cette tension prémenstruelle, c'est-à-dire l'éveil du corps de souffrance collectif des femmes, restez très vigilante et habitez votre corps aussi totalement que possible. Quand le premier signe fait son apparition, soyez suffisamment alerte pour « l'attraper » avant qu'il ne prenne le dessus. Par exemple, ce pourrait être une soudaine et forte irritation, un éclair de colère ou encore un symptôme de nature purement physique. Quel que soit ce premier signe, saisissez-le avant qu'il ne prenne le contrôle de vos pensées ou de votre comportement. Autrement dit, dirigez toute votre attention sur lui. S'il s'agit d'une émotion, sentez la forte charge énergétique qui l'anime et sachez qu'il s'agit du corps de souffrance. En même temps, soyez celle qui reconnaît ; soyez consciente de votre présence et sentez-en la force. Toute émotion éclairée par votre présence se dissipera promptement et se transformera. S'il s'agit d'un symptôme purement physique, l'attention que vous lui accorderez l'empêchera de devenir une émotion ou une pensée. Restez vigilante et attendez que se présente le prochain signe du corps de souffrance. Quand il apparaît, saisissez-le encore une fois comme vous l'avez fait auparavant. Par après, quand le corps de souffrance est totalement sorti de son état latent, il se peut que vous ressentiez un certain tumulte en vous pendant un bout de temps, peut-être même pendant quelques jours. Quelle que soit la forme que cela prend, restez présente. Accordez-lui votre attention totale. Observez le tumulte en vous. Reconnaissez qu'il est là. Appropriez-vous cette reconnaissance et imprégnez-vous-en. Et rappelez-vous ! le corps de souffrance ne doit pas se servir de votre esprit et prendre le contrôle de vos pensées. Observez-le. Sentez son énergie directement à l'intérieur de votre corps. Comme vous le savez, attention totale égal acceptation totale. Par conséquent, quand il y a attention soutenue et donc acceptation, il y a transformation. Le corps de souffrance se métamorphose donc en conscience radieuse, tout comme une bûche qui, placée dans ou près d'un feu, devient feu elle-même. Les menstruations seront alors non seulement l'heureuse et satisfaisante expression de votre féminité, mais aussi un moment sacré de transformation, un moment où vous donnerez naissance à une nouvelle conscience. Votre véritable nature peut alors rayonner, aussi bien dans l'aspect féminin de la Déesse que dans l'aspect transcendantal l de l'Être divin que vous êtes au-delà de la dualité féminin-masculin.
Si votre partenaire est suffisamment conscient, il peut vous aider quand vous tentez de mettre en pratique ce que je viens de vous décrire. Comment ? En se maintenant, particulièrement pendant cette période, sur la fréquence de la présence intense. S'il reste présent lorsque vous retombez dans l'identification au corps de souffrance, ce qui pourra survenir au début, vous réussirez à vous joindre rapidement à lui dans cet état de présence. En d'autres termes, lorsque le corps de souffrance prendra temporairement le dessus, que ce soit pendant les menstruations ou à d'autres moments, votre partenaire ne confondra pas celui-ci avec ce que vous êtes en réalité. Même si le corps de souffrance l'agresse, ce qu'il fera probablement, il ne réagira pas comme si c'était vous, ne se fermera pas et ne se mettra aucunement sur la défensive. Il saura se maintenir dans l'espace de la présence intense. La transformation n'exige rien d'autre que cela. À d'autres moments, ce sera vous qui saurez en faire de même pour lui et l'aiderez à se dégager du mental et à ramener son attention dans l'ici-maintenant quand il se retrouvera identifié à ses pensées. Ainsi, il s'installera entre vous un champ énergétique permanent d'une fréquence pure et élevée. Aucune illusion, aucune souffrance, aucun conflit, rien de ce qui n'est pas vous et rien de ce qui n'est pas amour ne peut y survivre. Ceci représente l'accomplissement du divin, la raison d'être de votre relation sur le plan transpersonnel. Cette énergie devient un vortex de conscience par lequel bien d'autres personnes seront attirées.
Extrait de : http://nous-les-dieux.org/Eckhart_Tolle/Le_pouvoir_du_moment_pr%C3%A9sent_et_son_guide

Posté par femmesemergentes à 10:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Le corps de souffr&nce au Féminin

    Remerciements

    Merci de publier un tel article. Oui, nous pouvons prendre conscience de ce corps de souffrance et nous en libérer. Pouvons-nous nous aider aussi entre femmes? Y a t-il des femmes dans les Ardennes qui désirent s'unir pour oeuvrer ensemble à cette prise de conscience?
    Merci à vous.

    Posté par Emma, 13 juillet 2012 à 19:38 | | Répondre
Nouveau commentaire